Ah ben non, désolé...

Category : Articles

Rouge !!!

Après le forfait de dernière minute de 1972 suite à un essai longue distance peu concluant, Enzo Ferrari relance sa marque aux 24 Heures du Mans 1973 pour l’édition du cinquantenaire. Trois superbes 312 PB sont alignées au départ. Ayant cueilli le titre de championne du Monde en 1972, la 3 litres italienne est désormais prête à affronter le double tour de cadran manceau mais aussi et surtout les 4 Matra MS670B.

86400 Evo 2…

Après plus de 10 ans de bons et loyaux services, 86400 méritait bien un petit relooking. L’évo 2 prend donc la piste en public pour la première fois. Le shakedown a eu lieu en privé et a nécessité de longues séances de mise au point. Il fallait apprendre à maîtriser la nouvelle bête, un peu rétive au début ! L’équipe technique étant…

La perte des sens…

Suis-je atteint de la COVID-19 ? Ils ne cessent de nous dire que la maladie se caractérise par la perte du goût et de l’odorat. N’est-ce pas ce qui commence à me toucher ? Je n’ai effectivement plus le goût. Plus le goût de regarder les premières photos de ces 24 Heures. Il ne me vient pas. Agueusie. Je suis touché.

Huis clos…

La dernière fois que j’ai loupé les 24 Heures du Mans, c’était un jour ou les Diables Rouges se prirent une déculottée à la Beaujoire. Alors que le départ des 24 Heures avait déjà eu lieu, j’ai pourtant eu tout le loisir de regarder cette belle victoire 5-0 des bleus de Platini dans leur Euro. Et pour cause. J’avais mal bossé à l’école, j’avais été prévenu à l’avance, j’ai été privé du Mans, privé de la victoire de la 956 jaune et noire avec un peu de vert. Je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même.